137

Jardins en automne  GGGGGG
La Vie est longue, profitons-en...
Les films que j'ai vu d'Otar Iosseliani sont toujours situé dans un monde ressemblant au notre, mais légèrement décalé, une sorte de monde parallèle baroque.
Je vais me contredire par rapport à ce que j'ai écris sur Flandres : dans les films de M. Iosseliani la plupart des acteurs sont des amateurs, mais chez lui ça fonctionne, car il ne cherche pas à reproduire une pseudo-réalité. Le décalage du jeu des acteurs est en osmose avec le décalage des situations.
Ce film est comme toujours très bon, mais on ne sent pas de grands renouvellements dans ses histoires.
Mais j'aime bien son côté anarchiste et bon vivant, son côté : "On s'en fout."
(137ème, Les Carmes, 11.IX)